LES MARQUEURS FORTS DE NOTRE PROGRESSION EN TANT QUE FREELANCE.

Enfant montant des marches.



Ceux d'entre nous qui ont fait le choix d'embrasser le Monde bienveillant des Freelances savent très bien à quoi s'attendre: c'est un endroit à part, hors du système du salariat avec ses envies de liberté, de choix de vie, les fantasmes que cela génère mais aussi son prix à payer... !

Les premiers temps d'une activité d'indépendant sont très révélateurs de notre nouveau quotidien et plutôt violents. Notre nouvelle réalité s'impose à nous d'un bloc et frontalement, la plupart du temps sans filet de sécurité. 

Nous apprenons à côtoyer les "montagnes russes émotionnelles" de nos débuts chaotiques:
  • longues périodes d'inactivité,
  • gestion quasi inexistante des points stratégiques pour se créer un bon état d'esprit,
  • moral qui joue au yoyo en alternant périodes hautes en couleurs et déprime chronique, souvent d'un jour à l'autre, voire le même jour !
  • premiers clients, premières missions et premières déceptions.... 
Et comme nous sommes des mammifères qui apprenons vite pour survivre, nous avons mis en place des actions au fil du temps, timides et hésitantes au début puis plus sûrs et concrètes par la suite:
  • nous suivons des formations sur des sites de qualités et spécialisés, 
  • nous intensifions nos lectures dans le domaine de l'entrepreneuriat,
  • nous recherchons des coachs et mentors pour nous aider à surfer et dompter nos montagnes russes.
  • nous apprenons à pérenniser nos relations avec nos chers clients et partenaires.
Bien sûr, toute cette démarche retracée en quelques lignes prend du temps, souvent des années et s'apparente à un chemin tortueux et douloureux plutôt qu'à une ligne droite.... on y laisse des plumes, c'est certain... c'est le prix à payer... !

Et puis la balance se rétablit, la force d'inertie à déployer dans tout projet commence à se stabiliser et à s'apaiser. On fini par gagner en calme, en sérénité, en vitesse de croisière, mais cela ne devient pas pour autant un long fleuve tranquille; jamais !
On doit continuer à tout gérer et finalement on peut passer à côté de notre progression, ou du moins ne pas en prendre la pleine mesure et finir par s'épuiser à trop donner !

Comme vous le savez dans ces articles de blog que je rédige, rien n'est inventé, pompé sur d'autres blogs ou je ne sais quoi.... Je me sers de mon expérience acquise avec le temps, de mes lectures, de mes ressentis afin de mettre tout cela par écrit pour témoigner en quelque sorte.

Ainsi donc, j'ai été confronté (et je le suis encore !) au thème de ce billet. Je vais donc tenter de vous lister et de vous expliquer sept points; sept marqueurs qui ressortent assez facilement et qui sont révélateurs de ma propre progression.

C'est parti !

LES SEPT MARQUEURS DE PROGRESSION .

Même si la liste est certainement adaptable à chaque individu et non exhaustive, voici ceux qui caractérisent ma progression:

1. Le syndrome de l'imposteur:

Le fameux; l'incontournable qui nous cause bien des misères à nos débuts, et pas que.... Et bien vous serez ravi d'apprendre qu'il n'est pas immortel et qu'il tend à diminuer considérablement, voire à disparaître totalement au fur et à mesure de votre avancement. Et on ne peut pas passer à côté car celui-ci est tellement fort lorsqu'on le vit quotidiennement que c'est comme une véritable délivrance quand il nous lâche !

Indice de visibilité: Vous vous rendrez compte qu'il tend à disparaître quand vous accepterez des missions sereinement, sans trop de stress et même des missions qui vous dépassent à l'instant T, mais que vous vous savez apte à mener à bien malgré tout !

2. La légitimité face aux critiques:

Vous savez très bien que des critiques, directes ou indirectes nous en aurons toujours en tant que photographe. Elles viennent des clients, des prospects, de nos confrères etc.... cela fait partie du lot mais ce n'est pas pour autant très évident à gérer. 

Certaines finissent forcément par nous atteindre et à nous déstabiliser dans notre avancement. C'est pénible, ça plombe l'ambiance et même si on sait au fond de nous que les critiques (surtout négatives) doivent être entendus et prises en compte pour progresser, ça fait mal sur le moment et le temps pour s'en remettre et les digérer est complètement variable. Bref, en d'autres termes soyons franc, c'est chiant !

Indice de visibilité: Cela deviendra un marqueur de votre progression et de votre changement d'état lorsque vous commencerez à les prendre en compte et à les digérer sans trop de vagues; sans trop de dégâts à l'intérieur en laissant votre égo de côté. Je parle ici d'analyse professionnelle, pas d'états d'âmes !

La critique vient de tomber, elle est là en face de nous. On la prends en compte, on l'analyse et on en tire les conséquences: est-elle justifiée ou pas ?
 Et puis on passe très rapidement à autre chose sans la ruminer puis on l'enterre définitivement. S'il y a des choses à en retirer, on le note.

Cela m'est arrivé encore très récemment sur un sujet que je connais par coeur. Cela reste très déstabilisant et l'analyse de cette critique m'aura pris deux jours pour finalement me rendre compte qu'elle n'était pas justifiée à 90 %. J'ai pris en compte les 10% restant pour les améliorer, le reste n'a pas d'incidence.

3. La prise de recul face à nos anciens travaux:

C'est aussi un bon marqueur, totalement transparent dans votre quotidien et qui peut paraître enfantin ou dérisoire pour certains, mais il est à prendre en compte car il vous délivre une bonne dose de progression instantanément. 

Je veux parler de la post-production de vos photos. Attardez-vous un petit moment sur la question et vous verrez que ce n'est pas anodin, même si inconsciemment vous vous êtes déjà fait la réflexion et que vous avez déjà fait le test.

Indice de visibilité: Reprenez vos premières photos livrées à vos tout premiers clients et constatez le fossé qu'il y a entre vos traitements de vos débuts et ceux de maintenant... ! Pour ma part c'est le Grand Canyon; rien à voir !

Vous voyez certainement de quoi je parle, la post-production étant une partie importante de notre travail, nous avons plutôt tendance au début, par manque d'expérience, de recul et de connaissance, à pousser un petit peu trop les manettes de Lightroom; Photoshop etc.....
Bien sûr, aux yeux du client cela lui a certainement convenu, et à vous aussi à l'époque, mais maintenant vous auriez beaucoup de choses à atténuer; à faire différemment; à peaufiner etc... 

C'est une preuve de votre expérience grandissante dans ce domaine. On apprend à "calmer nos ardeurs" dans nos traitements photo et à surtout utiliser les bons outils au bon moment pour le bon client ! C'est l'intelligence du travail bien fait, tout simplement, et qui ne peux s'acquérir qu'avec le temps !

4. La bonne gestion d'une mission, de A à Z !

Ce n'est pas un point si simple que ça. A mes débuts, la gestion de mes premières commandes étaient désordonnées, chaotiques sans trop savoir quel ordre adopter pour obtenir le bon résultat final.

Certaines missions étaient donc légères ou bien non traitées dans leur entièreté et j'avais du coup comme un sentiment de frustration. Mais il n'y a alors pas à se sentir coupable de quoi que ce soit. On accepte et on traite une commande avec nos connaissances techniques du moment, et c'est pour cela que j'intègre un petit paragraphe à ce sujet dans mes contrats.
Celui-ci indique que je délivre le travail au client avec toutes mes connaissances à l'instant T de la signature du dit contrat. Je me préserve ainsi de réflexions qui seraient susceptibles de porter sur telles ou telles choses qui n'ont pas été faites (soit je ne sais pas le faire; soit le client ne me l'a pas demandé).

Indice de visibilité:  Vous vous rendrez compte de votre progression dans votre domaine concernant la gestion d'une mission lorsque vous saurez:
  • cibler les bonnes questions pour récupérer un maximum d'informations sur les besoins du client.
  • traiter le dossier sans rencontrer de difficultés particulières et/ou en sachant comment faire pour y remédier sans perdre de temps.
  • rendre le projet dans les temps en ayant déployer toutes vos connaissances adéquates au projet.
  • après avoir rendu le dossier, éprouver de la satisfaction et de la fierté d'avoir trouvé la solution à votre client.
5. Savoir mettre en place des routines professionnelles comme travail de fond.
  
C'est indispensable pour que votre progression se déroule dans les meilleures conditions possibles. Et c'est aussi clairement le point qu'on délaisse le plus rapidement et facilement à nos débuts car:
  • pas le temps
  • pas l'envie
  • pas l'expérience
On se focalise plutôt sur ce que l'on sait faire, pour parer au plus urgent, à savoir trouver des clients et apprendre le métier...

Et à moins d'être accompagné à vos débuts par un coach ou Community Manager qui pourrait vous donner certaines clés très rapidement, tout ce que j'appelle travail de fond comme la prospection quasi quotidienne, la connaissance de la méthode 20/80 pour être le plus efficace possible, et d'autres choses de cet ordre vont se mettre en place sur le long terme, pour peu que vous vous y intéressiez à un moment donné.

Pour ma part, c'est la partie qui a été la plus difficile et longue, et je pense que c'est normal car on parle ici de marketing efficace. C'est un vaste sujet qui demande à être découvert, appréhender puis peaufiner pour s'adapter à votre manière de travailler.

Il a fallu par exemple que je trouve la façon de prospecter qui me convienne le mieux. Et le temps d'en essayer plusieurs sur quelques mois, et bien ça prend du temps.... !
Clairement, c'est un gros chapitre, et comme je n'aime pas faire les choses à moitié, je me suis intéressé de près au Marketing en lisant plusieurs bouquins spécialisés.

Je pense qu'il faut vraiment se faire violence car sinon, nous rencontrerons beaucoup de barrières:
  •  Lorsqu'on est en période plutôt faste, on a pas le temps de faire ce travail de fond car est trop focus sur les projets du moment.
  • Lorsqu'on est en période creuse, le temps qu'on s'y intéresse, c'est déjà trop tard, on entrera dans le creux de la vague puis ce sera le serpent qui se mord la queue !
Indice de visibilité:  Lorsque vous aurez compris et mis en place votre "travail de fond", celui-là même qui vous servira aussi bien dans les périodes intenses que dans les moments creux, alors votre efficacité sera décuplée, voire plus.... ! En ce qui me concerne, je prospecte plusieurs fois par semaine, que j'ai du boulot ou pas, plus de procrastination à ce niveau ! Et ça fonctionne très bien et plutôt rapidement.

6. Les prospects sont plus réceptifs, et la conversion en clients plus facile !

On galère pendant des mois, des années pour trouver et fidéliser des clients en tant que freelance. Les attaques viennent de partout et il faut savoir défendre son bout de pain sans devenir agressif et négatif.

Aussi, si vous continuer de croire en vous, en votre bonne étoile et à vos actions posées, alors tout votre processus et vos méthodes de travail deviendront plus simples et plus fluides.
Rien n'aura changé à part vous.... Et donc logiquement cela se ressentira, aussi bien lors de votre prospection (quel que soit le canal et la méthode choisie), que dans votre relationnel professionnel.

L'effet boule de neige fonctionne dans les deux sens et si vous arrivez à surfer sur la vague alors oui, les prospects arriveront plus vite que d'habitude et vous convertirez plus facilement aussi.

Ouvrons une parenthèse à ce sujet concernant tous les "gourous du net" qui vous vendent leur "recette miracle" pour avoir instantanément des milliers de clients, et si vous êtes sages, 100 balles et un mars... ! Evidemment, on ne va pas s'étendre sur le sujet car comme dirait l'autre, si c'était si simple, nous aurions tous des business qui carburent et nous serions tous millionnaires ! Alors laissez tomber Cunégonde ou Jean Patrick les gourous qui bossent les pieds dans la piscine et soyons sérieux !

Indice de visibilité:  C'est quasi mathématique; plus vous prospecter et vous bossez votre marketing, et plus cela sera facile, rapide et les résultats seront là. Ne vous posez plus de question, intégrez le plus rapidement possible ces départements, surtout à vos débuts, vous gagnerez des années de galère !

7. Le tout saupoudré d'une grande cuillérée d'Humilité !

Ne l'oubliez pas et ne vous perdez pas en chemin. C'est bien plus facile à dire qu'à faire, bien sûr car durant votre aventure de solo-freelance, vous passerez par des états émotionnels que vous ne soupçonniez même pas.

C'est avant tout une aventure humaine et vous allez surtout apprendre à VOUS connaître, quel que soit votre âge et vos capacités (pour info je me suis lancé en tant que Freelance en 2014, alors âgé de 42 ans !)

Devant l'adversité, les échecs mais aussi les victoires et les bons moments, il faut savoir rester humble; je trouve que c'est la seule façon de durer dans ce choix de vie de Freelance car oui c'est bien un choix de vie que vous décidez d'embrassez.

Mon activité de photographe que j'ai choisi reste un métier précaire par définition, et contrairement aux intermittents du spectacles qui peuvent avoir des indemnités chômage pendant leurs périodes de creux (sous réserve d'avoir cumulé un certains nombres d'heures d'activité), et bien moi je n'ai rien si je ne bosse pas. Et croyez moi lorsqu'on dépend de la prochaine mission, on apprend très vite à rester humble.

J'ai connu trop de déceptions:
  •  Des missions annulées pour X raisons alors que tout avait été bouclé et qu'il ne restait que la signature sur le contrat,
  •  Des missions qui se passent mal sans raisons apparentes, même après des mois d'activité,
  • Des clients avec qui ça ne passe pas (ça peut arriver), etc....
Sachez rester vous-même, humble face à votre boulot en ne criant pas trop tôt victoire. Les clients sont difficiles à gagner et vite perdus, même après un gros contrat.

Mes derniers conseils pour résumer: 
  •  Bossez à fond votre domaine de compétence sans devenir un esclave du travail (n'oubliez pas la frontière entre Vie privée-Vie perso ),
  • Intégrez le plus tôt possible vos automatismes "de fond" qui sauront vous apporter des prospects en toute circonstance,
  • Soyez en constant apprentissage à tout niveaux (pour les photographes, l'excellente plateforme Empara est parfaite pour ça).
  • Sachez être patient, ne brûlez pas les étapes,
  • Restez vous-même et d'humeur égale, ni les chants des sirènes, ni le burn-out mais un judicieux mélange entre les deux qui vous fera avancer plus loin de manière plus concentrée et aiguisée !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LA NEWSLETTER REALISTE #9

LA NEWSLETTER REALISTE #13

L'ENFER DES PRIX OU COMMENT ETABLIR DES TARIFS EN ADEQUATION AVEC SES OBJECTIFS ?...