ETRE PHOTOGRAPHE C'EST SURTOUT COMBATTRE LES IDEES RECUES/ ARTICLE N°3: AVOIR UN SHOOTING FORMIDABLE A CHAQUE FOIS...!

C'est un peu vrai dans tous les corps de métier, mais peut-être encore plus lorsqu'on est Freelance et qu'on travaille seul: la réalité de notre profession nous ramène vite à la raison.
Fantasmes et Liberté démesurés de celui qui gère son business avec son smartphone dans une main et son agenda hyper rempli dans l'autre.
Smoking ou plutôt jean-basket mais en tout cas dans l'air du temps, l'image sulfureuse de l'Indépendant qui s'est affranchit des codes et qui sait où il va chaque jour nous colle à la peau.... un peu trop !

Qu'en est-il vraiment de notre quotidien de photographe, cette profession très idéalisée et convoitée?

J'ai décidé de lister cinq idées reçues relatives au métier de photographe, en m'appuyant sur mon vécu d'expérience et aussi sur l'inconscient collectif qui véhicule justement des fantasmes complètement aux antipodes de la réalité...
Ayant pas mal de choses à dire sur chacun des points, et afin que l'article soit plus digeste, j'ai décidé de le découper et de faire ainsi un billet par idée reçue, tout simplement.

Ces articles seront certainement un peu moins long que les autres, mais je pense que les points évoqués sont suffisamment importants pour que je leur accorde un article à eux seuls.

C'est donc parti pour cinq articles ; cinq idées reçus relatives au métier de photographe...
Bonne lecture !



IDEE RECUE N°3: ETRE PHOTOGRAPHE C'EST AVOIR TOUT LE TEMPS UN SHOOTING FORMIDABLE...!


Se lancer dans une nouvelle aventure est toujours quelque chose de très excitant car inconnu et... prometteur ! C'est pour tout le monde la même chose et ce souffle nouveau nous fait nous sentir comme à vingt ans lorsque l'on veut "manger le monde entier "!

Le regard affûté et plein d'espoir, on se lance complètement et entièrement en donnant tout pour cette nouvelle vie/projet qui s'offre à nous. Nous sommes neufs, enjoués...... et naïfs ! En fait, nous sommes humains voilà tout, et il n'y a aucune critique facile de ma part lorsque je dis que nous sommes naïfs à nos débuts: je l'ai été, tant mieux et heureusement ! C'est peut-être ça justement qui nous fait franchir le pas, autrement nous ne le ferions pas ! C'est ce que certains appellent le courage de l'entrepreneur, comprenez le fait de se lancer dans le vide sans aucune visibilité ni plan achevé: le grand saut quoi !


Les projections que nous nous faisons de notre futur y sont pour beaucoup; ce sont nos chimères qui nous poussent vers l'avant; les photographes que nous suivons et qui nous font rêver grâce à leur travail participent de cette rêverie...

Et c'est ainsi, que de fantasmes en visions, nous aspirons de toutes nos forces à des projets fantastiques et des shootings formidables à chaque fois, c'est ce que nous souhaitons le plus intensément. Serait-ce juste une utopie ou bien y a-t'il un moyen de s'en rapprocher?



Je dirais que pour cette idée reçue N°3, l'idée du shooting formidable reste une hallucination en surface seulement, car si l'on cherche bien, cela pourrait très bien devenir notre quotidien en tant que photographe professionnel ! Par quels moyens? 

Je ne pense pas que cela soit très compliqué. Il suffit d'un peu de méthode pour appliquer les trois principes du P.E.P que je résumerais ainsi:



  • PATIENCE (P):  c'est un peu compliqué à nos débuts (et même après pour certains) de s'y plier, et pourtant.... un avenir professionnel (et d'autant plus en étant à son compte) ne s'est jamais construit en deux temps-trois mouvements! La patience est un passage OBLIGATOIRE dans le cursus d'un solopreneur. Il devra apprendre à composer avec et à la dompter. Votre capacité à être résilient sera mise à rude épreuve et vous vous rendrez vite compte que la patience peut devenir votre alliée en pareil cas. Savoir être patient vous rendra d'énormes services et vous ouvrira des portes à un moment donné.

  • EXPERIENCE (E):  c'est le but de chaque entrepreneur; pouvoir témoigner de ses expériences, pouvoir se poser en expert car expérimenté dans telle ou telle discipline. C'est une quête constante, une recherche du graal qui n'est pas du tout utopique, bien au contraire mais qui s'acquiert avec le temps et en travaillant sa...Patience ! Et oui, bien entendu, tout est lié. Mais de manière générale, tout est relié dans la vie d'un freelance; en partant de ses espoirs, de sa vision ainsi que les moyens qu'il mettra en place pour tendre vers son but ultime. La patience lui permettra (entre autre chose) d'accéder à l'expérience, qui seront ses deux lieutenants pour avancer (non pas sereinement car on ne peux jamais vraiment l'être lorsqu'on pilote son entreprise), mais du moins sûrement et en accord avec ses principes ! 

  • PERSEVERANCE (P):  je pense que vous avez compris l'idée concernant la persévérance. Cela découle normalement et logiquement des deux autres points. Celle-ci vient saupoudrer patience et expérience. La persévérance devra être présente tout le temps, dans les bons mais surtout dans les mauvais moments. Elle devra être force de persuasion pour vous booster et vous sortir de votre procrastination qui sera là, je vous le garantit ! Et comme les deux autres points de cette trinité, vous devrez la travailler, vous exercer afin qu'elle vous délivre le meilleur d'elle-même pour vous guider sur le bon chemin...

Alors, vous me direz que je m'éloigne du sujet concernant le shooting formidable qu'on est en droit d'espérer à chaque fois et que je vous ai décrit plus tôt.  
Et bien je vous répondrais que oui et non. Tout est lié dans ce grand tout, les bons us et coutumes de tout bon entrepreneur seront sa base; son socle et passeront par des "recettes" qui fonctionnent et que tout le monde connaît.

Ne me croyez pas sur paroles, mais regardez autour de vous; lisez des bouquins de grands entrepreneurs: il est reconnu et avéré que chaque chef d'entreprise, qu'il soit seul ou entouré de plusieurs collaborateurs, doit posséder ces qualités, ces forces qui feront que son entreprise décollera vers sa vision.

Cependant, comme je le disais plus haut, tout est relié, et le fait de souhaiter et d'espérer un excellent shooting à chaque fois découle de plusieurs facteurs que vous devrez apprendre à maîtriser et à utiliser. Vous connaissez l'adage qui dit que la chance appelle la chance. Et bien remplaçons la chance (qui est toute relative lorsqu'on créer son business) par shooting ou par l'un des trois principes du P.E.P.

Vous vous rendrez vite compte que tout cela reste logique et que le fait de s'entourer des bonnes pratiques dés le début vous fera hiérarchiser vos priorités et vos buts.


Savoir hiérarchiser pour s'élever.

Cela concerne un gros chapitre dans l'histoire et le parcours d'un entrepreneur: le fait de hiérarchiser ses choix; ses décisions; ses actions et même ses rencontres!  C'est un peu son fer de lance et il y sera confronté chaque jour. Cela impactera directement sa visée, son objectif, la qualité de son travail et de son savoir-faire.

D'après mon expérience, j'ai pu constater trois domaines prédominants qui ressortaient du lot pour nous permettre de garder le cap vers notre objectif et attirer à nous les bonnes missions; reportages; shootings...


  1. Hiérarchiser son travail: 
Je fais bien allusion ici à la quantité de travail. C'est un fait, en tant qu'entrepreneur et qui plus est en tant que solopreneur, elle sera considérable et inatteignable prise dans sa globalité et en bloc. Il faudra donc obligatoirement apprendre à classer son travail de photographe par ordre d'importance (en terme de clients; de shootings; d'opportunités...), et ça c'est à vous de le définir.

Toujours d'après mon expérience (qui n'est que ce qu'elle est), je ne pense pas que cela soit judicieux de mobiliser la même énergie pour tous les travaux que vous pourriez signer. Bien sûr, cela vous légitime vis à vis de la mission et vous construit votre image de marque. Cependant (et sans aller jusqu'à rendre au client du travail bâclé et bas de gamme parce que la mission est moindre), je crois qu'il est tout à fait possible et souhaitable pour le développement de votre entreprise qui vous emmènera vers des shootings à forte valeur ajoutée, de hiérarchiser votre travail de photographe; vos missions, en prenant en compte différents facteurs (et encore une fois, c'est à vous de les définir) qui vous serviront d'une manière comme d'une autre pour plus tard.

Tous les shootings n'auront pas pour vocation de vous épanouir et de vous éclater. Certains seront juste des "one shot" stériles et d'autres pourront potentiellement vous ouvrir des portes plus tard. Et j'ai envie de dire que çà, vous le sentez lorsque vous arrivez sur le lieu du shooting ou même lorsque vous avez échangé avec le client sur le web. Vous saurez forcément si vous perdez votre temps ou bien s'il y a autre chose derrière à gratter....

Vous aurez deviné: cela ressemble étrangement à la méthode du 20/80 non ?!

    2. Hiérarchiser ses rencontres:

Comme pour la quantité de travail que vous aurez forcément, je crois qu'il faut également savoir privilégier ses rencontres professionnelles. On entends beaucoup de monde nous dire qu'il faut sortir; rencontrer du monde et que le bouche-à-oreille fera le reste etc... 

Et bien oui, indéniablement on ne peux qu'être d'accord avec cette idée de sortir pour rencontrer du monde, c'est toujours plus sympa que de rester derrière un écran.... sauf que c'est loin d'être aussi simple dans la pratique.

Toujours en me référant à mon expérience, j'ai testé à mes débuts les rencontres professionnelles, regroupées sous un terme générique de "Networking".
Petit rappel pour ceux qui ignorent tout de cette façon de prospecter:

Qu'est-ce que le networking ?

Ce mot devenu tendance est tiré de l'anglais " network " qui signifie réseau. Pour simplifier, le networking se traduit par le fait de créer un réseau de personnes pouvant apporter des avantages à vos projets professionnels. Les rencontres s'effectuent généralement lors d'événements divers.

Ces événements créent de multiples possibilités :

  • rencontre de nouveaux clients,
  • d'associés potentiels,
  • de partenaires,
  • de fournisseurs et/ou de prestataires,
  • opportunité de travail et/ou d'embauche...
Bref, ce sera une occasion d'enrichir votre carnet d'adresses et, peut-être, de donner un coup de pouce à vos projets.

Voici le genre de définition qu l'on peut trouver un peu partout: c'est frais; relativement nouveau et cela semble facile et efficace....

Bref, personnellement je n'ai jamais accroché à ce genre d'événements, au mieux je passais de bonnes soirées, à boire et manger, et bien sûr à distribuer des cartes de visites.... sauf que à un moment donné, les cartes de visites coûtent cher, pour un retour sur investissement proche du zéro ! 

Chacun aura son avis sur la question, mais cela m'a fait perdre beaucoup de temps à essayer de rencontrer des professionnels qui étaient très bien comme il faut lors des échanges, mais au final absolument pas intéressés par le service proposé.

Et puis j'ai toujours eu l'impression que dans ce genre de soirées on avait l'impression de "faire l'aumône" à essayer de vendre ses services !

J'ai donc choisi d'appliquer la méthode de hiérarchisation et je me suis rendu compte que pour prospecter, j'étais bien plus efficace à passer des coups de fils et envoyer des mails ciblés, réservant les soirées de rencontres professionnelles au cas par cas, et vraiment lorsque je suis sûr d'y trouver un intérêt professionnel.


3. Hiérarchiser sa formation quotidienne:

Là, on entre plus dans une forme de routine nécessaire et quasi indispensable à mon avis, mais qui fait partie intégrante des domaines les plus importants à prioriser et à hiérarchiser pour pouvoir s'élever et atteindre à coup sûr un "super shooting" à chaque coup d'essai !

Concernant la formation d'un freelance photographe, je vous invite à lire l'article que j'ai écrit à ce propos sur ce blog et que vous pouvez retrouver ici.

Lorsqu'on est indépendant et freelance, on se lance dans une double mission:


  • s'éloigner du cadre du salariat et donc passer un pacte avec soi-même pour se promettre de se débrouiller seul, coûte que coûte !
  • être dans l'obligation de "devenir sacrément bon "dans son secteur d'activité, car ne nous voilons pas la face; il y a énormément d'indépendants aussi motivés que nous-même pour y arriver !
Ceci n'est pas vraiment un dilemme puisqu'à mon sens, cela tire la profession de photographe vers le haut, en obligeant ceux qui restent et durent à se former régulièrement et rapidement pour rester performants et force de propositions cohérentes et pertinentes pour leurs clients.

C'est un combat de chaque jour, et comme je le dis plus haut dans l'introduction, l'image sulfureuse que véhiculent certains professionnels ou Instagrameurs est, pour la plupart, erronée et trafiquée dans le seul but d'utiliser ces réseaux sociaux et montrer à quel point on a réussi, les pieds en éventail, au bord d'une piscine en nous affirmant que le business est automatisé et qu'il tourne tout seul !

Il est tout à fait possible d'automatiser certaines actions et d'avoir des revenus passifs, comme la vente de formations, de livres blancs etc...je suis tout à fait d'accord, mais de là à générer des revenus exorbitants uniquement sur cette base, en étant photographe, il ne faut pas non plus nous prendre pour des billes !!

Indépendants ou pas, rien ne remplacera le travail; quantité ET qualité. Et c'est vrai depuis toujours, le travail paye, et pour cela il faut savoir le faire intelligemment et honnêtement vis à vis de soi comme de ses clients.

Aujourd'hui avec les outils dont nous disposons, il n'a jamais été aussi simple de se former. J'ai acquis des connaissances inimaginables via des formations en ligne et bouquins, et je ne parle même pas des formations en présentiel qui sont juste du pain béni (à condition que le formateur ne soit pas un vendeur de rêve !).

Mais là encore, le soucis vient de savoir hiérarchiser ses formations pour pouvoir être efficace. On peut vite se perdre sur les réseaux sociaux et se rendre compte au bout de quelques heures qu'on a passé son temps à chercher sans trouver.
Les groupes d'entraides sont une mine d'or pour demander sans perdre son temps; il y aura toujours des personnes pour vous répondre, qui auront testé telle ou telle formation et qui vous donneront leur avis.

Alors encore une fois, ne perdez pas votre temps, hiérarchiser vos formations, sachez aller droit au but pour être efficace !


Un mot pour conclure.

Ce qui vient d'être écrit est peut-être une évidence pour certains, mais souvent les choses les plus simples sont les plus compliquées à mettre en place et à tenir sur la durée.

Tout le monde comprend le fait de se structurer pour réussir un business, pour garder son cap et avoir toujours son objectif en ligne de mire, ajustant les micro-changements nécessaires et inéluctables qui viendront vous tester.

Savoir s'organiser et hiérarchiser toutes ses actions est le socle de toute réussite, quel que soit le niveau de réussite qui résonne en vous.

Etre efficace et productif s'apprend et s'entretient, encore et encore pour rester performant dans son activité de photographe.

Comme toute chose, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais n'avez-vous pas embrasser ce statut de freelance justement pour le challenge et les défis à relever ??








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COMMENT S'ADRESSER A SON PROSPECT (OU LA RECONQUETE DE NOTRE AME...).

LA NEWSLETTER REALISTE #4

L'ENFER DES PRIX OU COMMENT ETABLIR DES TARIFS EN ADEQUATION AVEC SES OBJECTIFS ?...