LA NEWSLETTER REALISTE #15

Phot de livres posés en vrac.

 

Bonjour à toi cher lecteur et bienvenu dans cette quinzième Newsletter. Dans la #14, je te parlais d'un concept à la fois très personnel et en même temps de plus en plus dévoilé; celui du statut de Dadpreneur, en témoignant de mon expérience dans ce domaine.

Dans celle-ci, j'aimerai te parler d'une règle très importante dans le développement de ton business: celle de savoir garder la tête froide face à la masse de connaissances auxquelles nous avons accès, et de comment s'en servir efficacement.

Tout est accessible pour tout le monde...!

La connaissance, le savoir à tous les niveaux nous sont offerts pour toujours et à tout jamais!

Pas mal non? Ca pourrait être le titre d'un film ou d'un bouquin, tu ne trouves pas?

Je plaisante mais en tout cas c'est bien la réalité, notre réalité à nous autres les internautes (4,2 milliards en 2018 !).

Absolument tous les domaines nous sont accessibles. Il suffit de faire sa recherche et des pages et des pages s'affichent. En plus, avec l'affûtage des moteurs de recherche comme Google, un seul mot saisi dans la barre de navigation suffit à nous ouvrir les portes du sésame...

C'est bien sûr une avancée; que dis-je une percée immense et colossale dans le développement de notre société et des moyens de communications et de consommations.

Mais comme toute bonne chose innovante et spectaculaire, les dérives et côtés "sombres" sont également présents. Alors, lorsque j'utilise le terme sombre, ne te méprends pas, je ne vais pas entrer dans le sujet du "Dark web", bien réel et dangereux car je n'y connaît rien et cela ne m'intéresse pas.

Je vais plutôt te parler de la dérive de cette "surconsommation" d'informations qui peut être finalement néfaste ou du moins contreproductive pour le développement de ton business en tant que freelance.

D'ailleurs, ce n'est pas anodin si l'on voit ces temps-ci Tim Berners-Lee (littéralement l'inventeur du web sans qui rien de ce que nous connaissons aujourd'hui n'aurait été possible) s'afficher et s'exprimer sur toutes les chaînes de télévisions américaines pour dire qu'il ne reconnait plus sa création. 

En effet, ce dernier estime que le web qu'il a inventé arrive "à un point critique" en raison des menaces telles que la concentration du marché, la violation de données et les fausses informations.

S'exprimant ce lundi 5 novembre en marge du Summit de Lisbonne, le britannique de 63 ans admet avoir eu une vision un peu trop idyllique et humaniste de son oeuvre. C'est tout à son honneur, mais il reconnaît que letemps a fait son oeuvre:

Si vous m'aviez posé la question il y a 10 ans, j'aurais dit que l'Humanité ferait un bon travail avec cela. Si nous connectons tous ces gens ensemble, ils s'entendront tellement bien... Je me suis trompé. 

Les mots du Londonien sont lourds de sens, lui qui voyait le Web comme un espace ouvert et constructif. Désormais, il regrette le trop-plein de publicités, le non-respect de la vie privée, les discours de haine et les fake news. 

 Il y a eu un grand changement , je pense que cela a été un point tournant. 

Il y a quelques jours, Berners-Lee précisait que son inquiétude était liée à des acteurs comme Google et Facebook, qui représentent « un danger de concentration. »

Pour lui, les gouvernements, les entreprises et les citoyens ont tous un rôle à jouer de façon à ce que le Web se replace sur sa trajectoire initiale.

Et pour cela, l'informaticien a dévoilé lundi son « contrat pour le Web »,via sa fondation, en souhaitant faire de la protection sur Internet un droit fondamental pour tous. Facebook et Google, eux, soutiennent déjà le contrat.

Ce contrat milite pour le respect de la vie privée des usagers mais aussi de leurs données personnelles. La World Wide Web Foundation considère qu'1,5 milliard de personnes vivent aujourd'hui dans des pays où la protection des données à caractère personnel est inexistante.


Plonger dans la mélasse!

Je suis volontairement aller plus loin dans la démonstration et dans la citation des propos de Tim Berners-Lee pour te montrer l'ampleur des informations et des connaissances que tu pourras trouver pour ton business, et à ce titre justement ton devoir de t'y préparer et de te protéger.

Depuis l'avènement du web, les opportunités de réussite sociale n'ont jamais été aussi accessibles et spectaculaires, et cela n'est guère étonnant si les "nouveaux millionnaires" viennent de ce monde "virtuel" où les réseaux sociaux côtoient toutes sortes d'applications révolutionnaires. Ils y proposent des investissements; des formations; du coaching, du développement personnel; témoignent de leurs parcours de réussite etc... le tout à distance.

La démocratisation du web a considérablement changé la donne de l'évolution du genre humain et son comportement social. Etant donné que tout nous est accessible, nous sommes alors susceptibles d'apprendre ce que nous voulons, quand nous le voulons et de la manière dont nous le souhaitons ! Je trouve cela sans commune mesure et totalement dingue.

Le hic c'est que l'information disponible n'importe où, n'importe quand et en quantité illimité nous a dépassée et commence à se retourner contre nous ! En effet, tu connais cette maxime qui dit que "trop d'info, tue l'info !"

C'est exactement l'impression que tu auras (ou que tu as peut-être déjà si ton business est en place) tous les jours.

En effet, savoir trier le bon grain de l'ivraie n'est pas chose aisée et peut vite devenir une galère complètement démoralisante et te faire tourner en rond en te renvoyant d'info en info pour telle ou telle problématique puisque par définition le web, et par conséquent tout ce qui se trouve dessus est.....sans fin !

C'est de cela dont je veux parler lorsque je te disais plus haut de savoir te protéger de ce trop plein d'informations.

Si tu décides de ne pas être accompagné dans ton business par une tierce personne (que ce soit un mentor ou tout simplement une personne avec plus de compétences que toi pour pouvoir t'aiguiller, peu importe) et que tu doives donc te débrouiller seul, tu devras devenir un expert dans la recherche d'informations dans ton domaine afin de parer à toutes sortes de problématiques auxquelles tu seras confronté. 

Et autant te dire, sans vouloir te décourager, qu'elles seront légions et constantes !

Je vais t'en citer quelques unes:

  • comment créer et gérer des campagnes de publicité sur les réseaux sociaux.
  • comment gérer les problèmes que tu rencontreras sur ton site web.
  • comment communiquer efficacement sur les réseaux sociaux.
  • comment choisir le bon réseau social pour communiquer.
  • comment te former régulièrement dans ton domaine d'activité (en ce qui me concerne la photographie) pour rester au courant des évolutions (boîtiers; objectifs; logiciels; techniques de retouches et post-traitement...)
  • comment gérer efficacement ton temps pour arriver à tout faire en une journée.

Bref, et j'en passe.... Tu as compris l'idée, une usine à gaz que tu devras gérer tout seul !

La bonne nouvelle dans tout cela c'est qu'à chacune de tes problématiques tu trouveras une réponse sur le web. En fait non, pas une réponse mais des...... centaines ! Et oui, c'est le constat édifiant; il y a trop d'informations et en plus beaucoup sont cohérentes et fonctionnent ! En fait pour résumer, on a trop de choix y compris sur le web. C'est un peu la maladie de notre siècle: on a trop de choix de partout et surtout dans la grande distribution (mais ça c'est une autre histoire et un autre combat...!).


Ma méthode de collecte et traitement de l'information.

Je me suis retrouvé dans cette situation de chercher et trouver une information toujours plus pertinente que la précédente.

Et effectivement, cela devient "grisant" avec l'impression d'être dans un tunnel de connaissances et d'informations sans fin...!

Le problème est qu'en tant que chef d'entreprise que tu es, tu dois à un moment donné savoir t'arrêter, te dire que tu as suffisamment d'infos et de connaissances sur un thème ou une problématique donné, et avancer à l'étape suivante, quitte à y revenir quelque temps après.

Mais de toute façon, ce que je te dis là est valable pour toutes tes actions d'entrepreneur et de freelance. Pour peu que tu sois stressé (et en général on l'est surtout au début..... voire même après !), tu voudras maîtriser tes sujets à fond et surtout tu auras cette impression de ne jamais en savoir assez ( le fameux syndrome de l'imposteur !).

Au début, c'est comme tout, cela ne fonctionnera pas de but en blanc et de manière fluide. On parle beaucoup dans le marketing "d'entonnoir de vente" pour convertir et fidéliser tes prospects. Et bien c'est un peu la même chose dans la collecte de tes informations: tu vas affiner tes sources pour ne retenir que celles que tu jugeras pertinentes et cohérentes avec tes valeurs, et surtout qui pourront te délivrer du contenu de manière régulière et sur le long terme.

Ca prendra beaucoup de temps au début: trouver des sources; en trouver d'autres similaires, lire certains de leurs contenus, en tirer des conclusions et savoir si cela t'apporte une valeur ajoutée.... recommencer encore pour au final ne retenir que "la crème de la crème".

Honnêtement, cela m'a pris beaucoup de temps pour arriver à une méthode qui fonctionne mais qui peut toujours être améliorée pour m'apporter un maximum de valeur ajoutée.

Voici concrètement ma manière d'exécuter mes veilles et les outils que j'utilise pour m'aider.

En ce qui concerne les outils, j'en utilise principalement deux pour collecter et garder les articles qui m'intéressent:

  • My Pocket qui est gratuit et sur lequel je peux stocker des pages en quantité pratiquement illimitée.
  • Evernote que j'utilise de la même manière que Pocket, mais avec le gros avantage de pouvoir enregistrer des PDF importants. Ce service est payant, au environ de 6 euros/mois.

J'ai segmenté en cinq mes départements qui sont essentiels à mon développement de mon business:

  • La veille Marketing qui regroupe environ 30 sites que je juge être les plus pertinents.
  • Le département de la Formation qui regroupe une dizaine de sites spécialisés dans des formations photo ou plus spécifiques comme "Facebook for developpers", "Facebook blueprint" et d'autres.
  • Ce que j'appelle le département Freelance, avec des blogs que j'apprécie, spécialisés ou plus généralistes.
  • Un département de service juridique (on n'y pense pas toujours) mais qui reste essentiel pour rester informé sur les droits dans ta niche.
  • Un département généraliste qui regroupe une dizaine de sites me permettant d'être au courant des dernières tendances se rapprochant de mes thématiques. Je peux te citer Flipboard, Feedly, Google Alerts et d'autres encore.

Comme tu peux le voir, cela fait.... beaucoup d'information à lire et à intégrer, en plus du reste comme évidemment les contrats à réaliser pour les clients, les lectures inspirantes etc etc...

Mais comme je te disais dans une précédente Newsletter, la formation quotidienne lorsque tu es freelance est primordiale pour rester en cohérence et régulièrement au top de ce qui peut se faire à l'instant T.

Cela m'a pris beaucoup de temps et ce ne sera jamais vraiment fini puisque cette liste est non exhaustive et peut s'adapter, et surtout s'affiner avec le temps. Le but n'étant pas d'avoir des sites ou des blogs en plus comme source d'information, mais plutôt d'en remplacer certains, voire d'en éliminer pour écrémer.

En ce qui concerne le mise en place et l'exécution de tout ce "modus operandi", j'intègre dans le déroulement de ma journée type la lecture d'un article de chaque département. Ce n'est pas non plus énorme, et en une heure de temps, je peux facilement lire quatre à cinq articles de taille moyenne et en retenir l'essentiel.

C'est une routine à trouver et à mettre en place...


rangées de dossiers multicouleurs.


Nous sommes ce que nous faisons de manière répétitive. L'excellence n'est donc pas un acte mais une habitude.

ARISTOTE.


Site web
Instagram Immobilier/Hôtellerie
Instagram Architecture/ Décoration
Instagram Reportage Entreprise

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

LA NEWSLETTER REALISTE #9

LA NEWSLETTER REALISTE #13

L'ENFER DES PRIX OU COMMENT ETABLIR DES TARIFS EN ADEQUATION AVEC SES OBJECTIFS ?...