LA NEWSLETTER REALISTE #11

 

Livre ouvert avec des lunettes de vue.

Bonjour à toi cher lecteur et bienvenu dans cette onzième Newsletter. Dans la #10, je suis entré un peu plus dans le vif du sujet en te racontant le quotidien d'un freelance (en tout cas le mien !), et aussi en te partageant mon réel changement à tous niveaux fin 2016.


Dans celle-ci, j'aimerai te parler d'une habitude qu'il serait bon d'intégrer dans ta routine quotidienne afin de te donner toutes les chances de réussir. Je veux parler des lectures inspirantes et motivantes !


La culture de la lecture.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré lire. Mais ça n'a pas été un long fleuve tranquille ! J'ai eu la chance de passer mes tendres années (entre 6 et 14 ans environ) hors de France, à voyager dans divers pays du fait du boulot de mon père.

C'est ainsi que j'ai vécu trois ans en Algérie; trois ans en Bolivie et deux ans au Chili.

Expériences et souvenirs incroyables, telle une vie de baroudeur.... J'ai navigué sur la lac Titicaca, le plus haut lac au monde avec des indiens, vécu à 3000 m d'altitude... bref, un début de vie fantastique..... mais qui ne m'a pas vraiment aidé scolairement (est-ce vraiment un problème? Non je ne le crois pas !)

Lorsque nous sommes arrivés en Bolivie, à Santa Cruz puis à La Paz, il n'y avait pas d'école française et mes parents ont décidé plutôt que de mettre dans une école locale où l'on ne parlait pas français, de me faire des cours par correspondance eux-mêmes ! 

C'était ma mère qui s'en chargeait. Elle me faisait les cours le matin et l'après-midi j'avais "quartier libre" pour déambuler dans notre rue, à filer à la "Heladeria" (fabrique de glace) juste en face pour me faire offrir des glaces à l'eau ou bien chez la voisine du quartier en bas de la rue pour manger des "Ampanadas" au fromage tout chaud...!!

Bref, une époque dorée, même si les cours dispensés par ma mère étaient loin d'être parfaits et surtout faciles, car elle n'était pas institutrice !

Ces années de cours à domicile correspondaient aux années scolaires "charnières" d'un enfant puisqu'il s'agissait du Ce1, Ce2, Cm1. Lorsque nous sommes arrivés au Chili, quelques années plus tard, mes parents m'ont inscrit à l'Alliance Française . De très bons souvenirs, mais j'étais clairement en retard, surtout au niveau de la lecture !

Paradoxalement, j'aimais lire, et à cette époque je découvrais le pouvoir fantastique d'entrer dans le monde du roman que tu choisis, de t'identifier au héros etc...

Mais les instituteurs ne le voyaient pas comme moi, et au lieu de me faire lire souvent en classe (car je levais toujours le doigt en cours de lecture à voix haute), ils faisaient la plupart du temps mine de ne pas me voir car je mettais deux fois plus de temps que les autres à lire ! (ce qui n'arrangeait pas du tout leur planning !)

Malgré tout, je ne présente aucun "traumatisme" de cela car j'étais vraiment trop heureux de lire et j'ai d'ailleurs progressé énormément !

1983: retour en France, je suis au Collège. Nous avons aussi des cours de lecture à voix haute et cette fois, mon prof ne fait quasiment lire que moi car dit-il, j'ai cette faculté à transportér et à emmener avec moi mes camarades de classe au coeur du roman !

Belle revanche pour un gamin en difficulté de lecture non ?

Cet amour de la lecture, je l'ai poursuivi tard, jusqu'à l'âge de mes 18 ansJe me rappelle une fois d'avoir compté tous mes romans dans ma chambre d'ado, car je trouvais que j'en avais beaucoup: il y en avait 500 !


Le monde du travail sans lecture, sans culture !

Dix huit ans, l'année du service militaire (et oui, cela était encore en vigueur !). Même si je suis globalement anti-militariste et que j'éprouve quelques difficultés avec l'autorité, c'est une année plutôt sympathique qui me fait voyager (Italie, Espagne), mais qui me montre aussi un côté beaucoup moins moins sympa avec la guerre de l'ex-Yougoslavie qui nous fait mouiller pendant deux mois d'été au large des côtes afin permettre le décollage des avions ainsi qu'un éventuel retrait des troupes au sol si besoin.

La lecture n'avait plus trop sa place et doucement mais sûrement elle a commencée à se faire plus rare à cette période.

Après l'armée, sans trop savoir vers où me diriger je décide de reprendre les études et de tenter ma chance pour obtenir un DEUG d'Espagnol et viser ensuite le CAPES pour devenir instituteur.

Etant donné que je parle couramment l'Espagnol, je m'inscris à la Fac à Toulouse et je découvre la littérature Espagnole que j'adore. La lecture revient en force avec les écrits de Christophe Colomb, de Cervantès, de Fédérico Garcia LlOrca, les oeuvres de Dali etc...

Mais je ne suis définitivement pas fait pour les études et je m'ennuie rapidement: je sens que je ne suis pas à ma place et je finis péniblement ma licence en la loupant.

Le monde du travail s'ouvre à moi et je laisse de côté mon désir d'entrer dans l'éducation nationale pour faire des petits boulots . A partir de cet instant, je deviens un salarié à temps plein en essayant vraiment de faire quelque chose de bien avec toute ma bonne volonté!

C'est ainsi que je deviens cuisinier pendant cinq ans; préparateur de commande pendant trois ans; chauffeur-livreur pendant trois ans; commercial pendant deux ans.... et clairement la lecture n'a plus sa place.

Pendant toutes ces années de salariat, j'ai vraiment essayé de me convaincre que j'étais à ma place, celle d'un salarié heureux qui passait son temps au travail, qui était plutôt heureux, avec des amis qui avaient la même vie que moi.

Honnêtement, ces quinze années de salariat ne m'ont pas appris grand chose si ce n'est de:
  •  manquer de confiance en soi, 
  • ne pas investir en soi
  • ne pas se projeter plus loin que l'année en cours.
Honnêtement, cela devenait pathétique et pendant mes dernières années de salariat, j'avais vraiment l'impression de régresser mentalement et intellectuellement !

C'est bien sûr à ce moment-là que j'ai commencé à me remettre en question concernant la poursuite de mon aventure en tant que salarié ! 

Mode Freelance: la lecture plus que jamais et
avant tout !

Le statut de freelance m'a ramené à la lecture, et cette fois-ci inspirante, basée sur le développement personnel ainsi que tout ce qui touche au webmarketing.

J'ai repris aussi la lecture de certains romans, ce qui me fait un bien fou !

On entends de partout qu'il faut lire pour progresser, et si tu fouilles un peu tu découvriras que les plus grands de ce monde ont toujours lu et continu de le faire.

Elon Musk, Bill Gates pour ne citer qu'eux, mais aussi bien avant, Napoleon Hill qui a carrément dédié vingt ans de sa vie à écrire un manifeste sur l'Art de réussir à concrétiser ses rêves....!!

Chaque année, Bill Gates se coupe du monde hyper connecté pour se ressourcer pendant quinze jours dans une de ses résidences secondaires, sans connections, à lire de nombreux livres toute la journée.

Mais pourquoi diable tout ce petit monde lit; pourquoi doit-on lire ? Pourquoi ne pas simplement avancer en se retroussant les manches ?

Lorsque je suis entré dans la vie active après le service (ou plutôt après ma fac), j'étais arrivé à la conclusion que la vie ne s'apprenait pas dans les livres et qu'il fallait vivre, se confronter au monde pour apprendre et en tirer des leçons....

Et bien je n'avais pas totalement tort, car si tu souhaites être salarié dans n'importe quelle branche, les livres ne vont pas t'aider franchement à te développer puisque tu apprendras ton boulot dans l'entreprise dans laquelle tu es, celle-ci trop contente de te modeler à son image !

Bien sûr que la vie s'apprend en la vivant et non pas derrière un livre ! Sauf qu'il ne faut pas tout mélanger ! Pour qu'un livre puisse "changer ta vie" et te donner des pistes intéressantes il faut que certaines conditions soient réunies:

  • avoir un but, une vision vers laquelle tendre
  • lire des livres dans sa thématique (ça paraît bête dit comme çà, mais si tu lis le roman sur "Les Chevaliers de la Table Ronde", tu vas te régaler, c'est sûr, mais ça ne va pas forcément te donner des pistes pour développer ton business !)
  • lire "intelligemment" en soulignant par exemple les passages qui te paraissent important; en notant à même le livre (n'ai pas peur de le faire, tu ne vas pas l'abîmer et ce n'est pas un objet de collection: souligne, surligne, annote...)
  • le lire une fois, ok, mais ne pas hésiter à le relire quelque temps après pour bien s'en imprégner
  • faire des fiches que tu placeras dans le bouquin en première page par exemple, pour pouvoir t'y référer rapidement en cas de besoin sans avoir à le relire ou à chercher le passage approprié.
  • et surtout, le plus difficile à mon sens et le plus important: appliquer les conseils du bouquin !
Voilà ce que j'appelle une lecture "intelligente", "connectée" et "en pleine conscience" ! C'est de cette manière que la lecture dans ta thématique te fera progresser.

Les bouquins sont riches d'enseignements, ce sont des trésors remplis de l'expérience et parfois de toute une vie d'un entrepreneur qui a testé et expérimenté avant toi, alors pourquoi s'en priver au lieu de galérer des années seul !

Bien sûr, ce n'est pas non plus une recette magique qui va changer les choses juste en lisant, tu l'auras compris. Cela prendra aussi du temps, le temps de digérer le bouquin, de le comprendre, de tester certaines ficelles qu'il te donne (car soyons honnêtes, on ne peut pas non plus mettre en application le bouquin en entier, juste après l'avoir lu....!) 
Ca demande du temps et aussi des efforts, sinon on serait tous à l'heure actuelle, pour ceux qui lisent, milliardaires tel Bill Gates !

Mais je suis convaincu que c'est une des méthodes à intégrer dans ton Mindset de gladiateur qui te fera progresser très rapidement et efficacement, pour la modique somme d'un bouquin dans ta librairie préférée!

Personnellement, c'est une des routines quotidiennes que j'ai mises en place. Je lis cinq fois par semaine à raison de 30 mn tous les matins, avant d'attaquer ma journée derrière l'ordi ou sur un shooting. 

Encore une fois, ce n'est pas du temps perdu que de te poser dans un fauteuil et de lire pendant 30 minutes ou une heure tous les jours: c'est de "L'INVESTISSEMENT"; tu te donnes toutes les chances de réussir dans ton business !


Plusieurs livres ouverts empilés les uns sur les autres.


Il ne faut pas penser à l'objectif à atteindre, il faut seulement penser à
avancer. C'est ainsi, à force d'avancer, qu'on atteint ou qu'on double ses
objectifs sans même s'en apercevoir
BERNARD WERBER.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LA NEWSLETTER REALISTE #9

LA NEWSLETTER REALISTE #6

L'ENFER DES PRIX OU COMMENT ETABLIR DES TARIFS EN ADEQUATION AVEC SES OBJECTIFS ?...